• LA RÉÉCRITURE DES MYTHES ET LE COMBAT DES FEMMES POUR LEUR


  •   
  • FileName: Fofana_dis.pdf [read-online]
    • Abstract: LA RÉÉCRITURE DES MYTHES ET LE COMBAT DES FEMMES POUR LEURLIBÉRATION: ÉTUDE DE MAÏÉTO POUR ZÉKIA DE BOHUI DALI, DE LAGUERRE DES FEMMES DE ZADI ZAOUROU, DE LA RÉVOLTE D’AFFIBA DERÉGINA YAOU ET DE ASSÉMIEN DÉHYLÉ ROI DU SANWI DE BERNARD DADIÉ

Download the ebook

LA RÉÉCRITURE DES MYTHES ET LE COMBAT DES FEMMES POUR LEUR
LIBÉRATION: ÉTUDE DE MAÏÉTO POUR ZÉKIA DE BOHUI DALI, DE LA
GUERRE DES FEMMES DE ZADI ZAOUROU, DE LA RÉVOLTE D’AFFIBA DE
RÉGINA YAOU ET DE ASSÉMIEN DÉHYLÉ ROI DU SANWI DE BERNARD DADIÉ
A Dissertation
Submitted to the Graduate Faculty of the
Louisiana State University and
Agriculture and Mechanical College
in partial fulfillment of the
Requirements for the degree of
Doctor of Philosophy
in
The Department of French Studies
By
Souleymane Fofana
B.A, University of Abidjan, 1991
Master, Louisiana State University, 2003
May 2006
DEDICATION
To my mother Mariam Fofana and my family in Ivory Coast. I am far from you, but my
heart is close to you. Thank you for all your payers and unconditional support.
ii
ACKNOWLEDGEMENTS
I would like to thank my committee members whose comments, support and
contributions have greatly improved the quality of this work. At the top of the list is
Professor Pius Ngandu Nkashama who has graciously agreed to be the Director of my
examination committee and whose guidance and encouragement have helped me in the
preparation and the completion of this work.
I would also like to express my sincere thanks, gratitude and appreciation to the other
members of my examination committee i.e., Pr. Adelaide Russo, Pr. Jack Yeager,
Pr. John Protevi, Pr. Lori Bade, who have carefully read and reviewed my dissertation
from the beginning to the end and provided me with helpful feedback, valuable advice
and additional readings throughout the development of this project. I owe special thanks
to Pr. Nathaniel Wing who was a member of my examination committee before his
retirement in 2004.
I warmly thank our administrative secretary, Connie Simpson for her dedication to
our department. I also wish to thank Louise Lanier, Todd Jacob (The Manitou), Eva
Gillam, all the dynamic staff from the French Department for their hard work,
professionalism, and consideration.
I would also like to express my sincere gratitude to Louisiana State University for
giving me an assistantship to pursue my studies. My thanks also go to Pr. Sylvie Dubois,
the chair of the French Department for her commitment to excellence.
I would like to thank Charlène in Ivory Coast for the encouragement and emotional
support she gave me as I worked on developing this project.
I am grateful to Dominique Debroux, Dr. Boubakary Diakité, Dr. Jacques Digbeu,
iii
Dr. Hammadi Diop and his wife, Dr. Bani Ningbinnin and his wife, Lesly Jean-François,
Dr. Moussa Sow and many other friends who have welcomed me in Louisiana and
accepted me as a member of the Francophone family.
To all of the above, I want to say thanks because without your help, this work would
never have seen the light of day.
iv
TABLE DES MATIÈRES
DEDICATION……………………………………………………………………ii
ACKNOWLEDGEMENTS……………………………………………………..iii
RÉSUMÉ………………………………………………………………………..viii
ABSTRACT……………………………………………………………………….x
CHAPITRE PRÉLIMINAIRE…………………………………………………..1
A. Prologue…………………………………………………………………..........1
B. Situation sociale et géographique de la Côte d’Ivoire.………………............3
C. Situation économique et politique de la Côte d’Ivoire………………………4
D. Exposition……………………………………………………………….……..5
E. Cartes géographiques de l’Afrique et de la Côte d’Ivoire………………….6
F. Avant-propos…………………………………………………………………..9
INTRODUCTION GÉNÉRALE………………………………………………14
I. HISTOIRE DE LA LITTÉRATURE IVOIRIENNE………………………14
A. Contexte de création…………………………………………………………14
B. Naissance de la littérature ivoirienne……………………………………….16
C. Le rôle des écrivaines ivoiriennes dans le combat de libération des
femmes……………………………………………………………………………19
D. Importance des mythes………………………………………………………27
E. L’écrivain, véritable créateur du mythe……………………………………28
F. Destruction des mythes de la Négritude…………………………………….33
DÉVELOPPEMENT……………………………………………………………38
II. DÉFINITION DU MYTHE…………………………………………………38
A. Le mythe: un système sémiologique………………………………………...38
B. Le mythe selon Geneviève Calame-Griaule………………………………...44
C. Le mythe selon Mircea Eliade……………………………………………….48
D. Le mythe selon les surréalistes (André Breton et Louis Aragon)………...53
E. Mythe et littérature……………………………………………………..........57
III. LE MYTHE DANS L’AFRIQUE D’AUJOURD’HUI……………………61
A. Vision moderne……………………………………………………………….61
B. La quête du modernisme des écrivains ivoiriens…………………………...63
C. La modernité en littérature et dans les arts………………………………...65
1. La modernité selon Baudelaire…….………………………………………...65
2. Modernité Baudelairienne et identité………………………………………..67
3. La critique de la modernité Baudelairienne (Antoine Compagnon)………69
v
D. La théorie de l’engagement………………………………………………….72
E. Les Jacobins noirs……………………………………………………………76
F. La violence comme symbole de l’amour……………………………………79
IV. LA RÉÉCRITURE DES MYTHES ANCIENS…………………………...81
A. Maïéto Pour Zékia…………………………………………………………….81
1. Structure du poème…………………………………………………………...81
a. Zékia, la guerrière……………………………………………………………85
b. Zékia, l’amante……………………………………………………………….86
c. Zékia, la mère initiatique…………………………………………………….88
2. Vision idéaliste de Maïéto Pour Zékia……………………………………….90
3. L’image de la femme dans Maïéto Pour Zékia………………………………92
B. La guerre des femmes (Zadi Zaourou) …………….......................................94
1. Structure de la pièce (La guerre des femmes)……………………………….94
2. Réécriture sur le plan théâtral du mythe de Maïé………………………….97
3. La guerre des femmes: une esthétique tragique…………………………….98
C. L’interprétation symbolique de la mort en Afrique…………………….100
1. La réincarnation de Mahié………………………………………………….100
2. La réincarnation du point de vue africain…………………………………101
3. L’idée Platonicienne de la mort…………………………………………….103
a. La réminiscence……………………………………………………………...103
b. La réincarnation et la résurrection………………………………………...104
c. La puissance du discours mythique………………………………………...105
D. Une autre réécriture du mythe de Maïé : La vengeance de velours
commentée par la presse ivoirienne…………………………………..............106
E. La réécriture du mythe de Mamy Wata…………………………………...107
V. ASSÉMIEN DÉHYLÉ OU LE MYTHE DU SANG………………………114
A. Mythe et légendes: convergences et divergences………………………….114
B. La légende de la reine Pokou……………………………………………….115
a. Étude de l’œuvre (Assémien Déhylé)……………………………………….115
b. Le théâtre autochtone……………………………………………………….116
C. Les sacrifices humains ou le meurtre rituel……………………………….119
D. La valeur «inégale» des sangs……………………………………………...122
E. Le mythe du sang comme objet de discours littéraire……………………124
VI. LA RÉVOLTE D’AFFIBA…………………………………………………129
A. Historique du roman féminin ivoirien……………………………………..129
B. L’écriture comme moyen de lutte pour la conquête des droits de la
femme…………………………………………………………………………...131
C. Mythes et idéologies………………………………………………………...137
D. Le rôle des écrivaines francophones dans le combat de libération des
femmes africaines………………………………………………………………140
1. Étude de Femmes d’Alger dans leur appartement (Assia Djebar)………...140
2. Étude d’Une si longue lettre de Mariama Bâ………………………………146
3. Étude de Femme nue, femme noire de Calixthe Beyala…………………...151
vi
E. Points de convergence et de divergence dans le combat pour les droits de
la femme…………………………………………………………………...........156
VII. RÉCEPTIVITÉ DU MYTHE DE MAÏÉ EN CÔTE D’IVOIRE……...161
A. Méthodologie de travail…………………………………………………….161
1. La méthode d’enquête………………………………………………………162
2. Objectif visé………………………………………………………………….162
3. Hypothèse à vérifier…………………………………………………………162
4. Questions de recherche……………………………………………………...162
5. Réponse aux questions d’auto-évaluation………………………………….163
a. Réaction des femmes aux questions d’auto-évaluation…………………...164
b. Réaction des hommes aux questions d’auto-évaluation…………………..166
B. Analyse et traitement des données…………………………………………167
1. Données statistiques…………………………………………………………167
2. Analyse des données…………………………………………………………168
C. Importance du théâtre en Côte d’Ivoire et en Afrique…………………...170
D. Leçon morale………………………………………………………………..182
E. Autre regard sur les traditions africaines....................................................184
F. Le rôle de l’éducation dans l’émancipation des femmes…………………186
CONCLUSION…………………………………………………………………188
BIBLIOGRAPHIE……………………………………………………………..201
APPENDICE: Écrivains ivoiriens.…………………………………………....211
1. Les pionniers…………………………………………………………………211
2. La génération des années 70…………………………………………...........214
3. La nouvelle génération………………………………………………………219
BRÈVE PRÉSENTATION DE L’AUTEUR…………………………………227
VITA…………………………………………………………………………….229
vii
RÉSUMÉ
Ma dissertation examine la réécriture des mythes par les écrivains de la Côte
d’Ivoire: Maïéto Pour Zékia de Bohui Dali, La guerre des femmes de Zadi Zaourou, La
révolte d’Affiba de Régina Yaou et Assémien Déhylé, roi du Sanwi de Bernard Dadié.
J’analyse ces ouvrages en faisant des références contextuelles aux textes français du
dix-neuvième et du vingtième siècles écrits par Baudelaire (Le peintre de la vie
moderne); Camus (Le mythe de Sisyphe); Aragon (Le paysan de Paris). Des
comparaisons avec des textes féministes écrits par Beyala (Femme nue, femme noire);
Djebar (Femmes d’Alger dans leur appartement); Bâ (Une si longue lettre) soulignent
comment la réécriture des mythes par les écrivains ivoiriens correspond au discours
général reflétant le combat de libération des femmes au-delà des frontières
géographiques, sociales et religieuses.
Pour définir le mythe, j’explore les travaux de Barthes (Mythologies), Calame-
Griaule (La parole chez les Dogon), Eliade (Aspects du mythe) sur ce sujet. Je démontre
comment les écrivains ivoiriens analysent et défient les traditions culturelles de leur pays
dans le but de montrer qu’elles s’opposent à certaines valeurs du monde moderne. En
étudiant la réécriture des mythes dans les ouvrages francophones suscités, je planche
également sur le thème de la violence et la notion de l’identité.
Puisque la majorité des mythes accordent plus de droits aux hommes qu’aux femmes,
le débat autour du mythe en Côte d’Ivoire est devenu une ‘guerre’ idéologique entre ceux
qui sont fiers des traditions culturelles de leur pays et refusent d’y apporter des
changements et ceux qui pensent qu’il est temps de les réécrire en y incluant les droits
des femmes et des enfants.
viii
L’analyse des mythes a montré comment les écrivains ivoiriens utilisent la réécriture
des mythes misogynes pour faire une autocritique détaillée de leurs traditions culturelles
et soulever des questions concernant les droits des enfants et des femmes en Afrique.
L’accroissement du nombre de femmes et d’enfants dans le système éducatif est la
meilleure ‘arme’ contre les mythes misogynes. ‘L’éducation’ développe l’esprit critique
en changeant le regard que les gens ont sur le monde et sur eux-mêmes également.
ix
ABSTRACT
My dissertation examines the rewriting of myths by writers from the Ivory Coast:
Maïéto Pour Zékia by Bohui Dali, La guerre des femmes by Zadi Zaourou, La révolte
d’Affiba by Régina Yaou and Assémien Déhylé, roi du Sanwi by Bernard Dadié.
I analyze these texts in the context of nineteenth and twenty century French works by
Baudelaire (Le peintre de la vie moderne); Camus (Le mythe de Sisyphe); Aragon (Le
paysan de Paris). Comparisons with feminist texts by Beyala (Femme nue, femme noire);
Djebar (Femmes d’Alger dans leur appartement); Bâ (Une si longue lettre) underline
how the rewriting of myths by Ivorian writers corresponds to a general discourse
reflecting the struggle for women’s liberation which goes beyond geographical, social
and religious boundaries.
To define the myth, I explore the works by Barthes (Mythologies), Calame-Griaule
(La parole chez les Dogon), Eliade (Aspects du mythe) on this subject. By questioning
ideologies contained in old traditions such as human sacrifice and the inability of women
to inherit the material properties of their late husbands, I demonstrate how Ivorian writers
analyze and challenge the cultural traditions of their country in order to find how they
conflict with modern values. By studying the rewriting of myths in the aforementioned
francophone texts, I also address topics such as violence and identity.
Since most myths grant more rights to men than to women, the debate over myth in
Ivory Coast has become an ideological ‘war’ between those who take pride in their
cultural traditions and refuse to change them and those who want to rewrite them to
reflect the greater respect given to women’s and children’s rights.
x
The examination of these myths has proven how Ivorian writers use their rewriting to
make a detailed self-criticism of their cultural traditions and to raise questions about the
rights of children and women in Africa.
Women’s and children’s increased access to education is the best ‘weapon’ against
old misogynist myths. ‘Education’ will lead people to more independent thinking and
change the way they look at the world and see themselves in it as well.
xi
CHAPITRE PRÉLIMINAIRE
A. Prologue
Le mythe de Maïé1 dont s’inspire Bohui Dali, dans son poème Maïéto Pour Zékia, a
pour zone de diffusion la partie ouest de ce pays (Soubré, Gagnoa, Duékuoué…). C’est
un mythe qui a un caractère particulier puisqu’il permet de comprendre non seulement
l’origine du mariage entre hommes et femmes dans cette partie du monde, l’instauration
de la polygamie dans certaines sociétés africaines, mais aussi et surtout, il explique
certains problèmes de sous-développement auxquels le continent africain est à l’heure
actuelle confrontée à savoir la marginalisation des femmes dans la vie sociale et
politique.
La révolte d’Affiba de Régina Yaou, qui est la réécriture du vieux mythe misogyne
de la supériorité de l’homme sur la femme, existe dans presque toutes les régions du
monde. Ce mythe, alors qu’il tend à disparaître dans les pays occidentaux, reste encore
très vivace dans les esprits en Afrique. En demandant aux femmes de se révolter contre
les vieilles traditions qui les embastillent et les relèguent au second plan dans la société,
Régina Yaou veut rompre avec l’ancien discours traditionnel des femmes qui, selon
Pierrette Herzberger-Fofana, consiste à «demander le changement de la condition
féminine d’une part, et d’autre part, à accepter son destin qui est tracé dès la naissance et
auquel on n’échappe pas».2
1
Les quatre versions du mythe de Maïé ont été publiées dans la revue de littérature orale Bissa, Abidjan,
Presses de l’université d’Abidjan, 1981.
2
Herzberger-Fofana: Littérature féminine francophone d’Afrique noire, Paris, l’Harmattan, 2000, p. 109.
1
Le mythe de Mamy Wata3, dont fait allusion Zadi Zaourou dans La guerre des
femmes est un mythe répandu dans tous les pays africains et dont les origines historiques
et géographiques sont inconnues jusqu’à présent. C’est un mythe qui valorise la femme et
lui donne des pouvoirs exceptionnels à travers le personnage de Mamy Wata pour mener
à bien son combat de libération.
La légende de la reine Pokou qui a trait aux sacrifices humains et dont fait cas
Bernard Dadié, dans sa pièce théâtrale Assémien Déhylé, roi du Sanwi se situe dans le
centre de la Côte d’Ivoire. C’est un mythe qui lève un coin de voile sur les différentes
activités sacrificielles liées au sang, qui ont cours dans certains pays africains. Il convient
de souligner que les «sacrifices humains» sont inexistants de nos jours en Côte d’Ivoire.
Cependant, on continue toujours à tuer les animaux, selon les circonstances de la vie,
pour les offrir aux génies pour demander leur aide et leur protection. Mais, avant toute
étude en profondeur des thèmes soumis à notre investigation, il serait intéressant de
donner quelques informations sur le pays dans lequel les mythes et légendes ci-dessus
tirent leurs origines. Celles-ci ont trait à la démographie, au climat, à l’économie et à
l’histoire de peuplement de ce pays. Ces renseignements ne sont pas exhaustifs, mais ils
permettront sûrement aux lecteurs de situer les mythes et légendes dans un contexte
historique et géographique. En effet, nous pensons que c’est en situant le texte littéraire
dans son milieu social qu’on peut mieux le comprendre dans la mesure où l’écrivain ne
fait, en réalité, que reproduire dans ses œuvres, les joies, les aspirations et les angoisses
d’un peuple donné.
3
Dans l’imagerie populaire africaine, le nom de Mamy Wata serait lié à un esprit féminin d’une très grande
beauté qui vivrait dans l’eau. Cet esprit féminin dont le corps serait moitié animal (poisson) et le visage
humain, a la particularité d’apporter richesse et protection aux femmes.
2
B. Situation sociale et géographique de la Côte d’Ivoire
Peuplée de 17 millions d’habitants, la Côte d’Ivoire couvre une superficie de 322.000
km2. Ses voisins au nord sont le Mali et le Burkina Faso. À l’ouest, elle partage sa
frontière avec la Guinée et le Libéria. Elle est limitée à l’est par le Ghana. Au sud, le pays
a une façade maritime qui s’ouvre sur le golfe de Guinée. Si le français est la langue
officielle depuis le 07 août 1960, date d’accession de la Côte d’Ivoire à l’indépendance, il
faut néanmoins souligner qu’il existe sur le territoire ivoirien plus d’une soixantaine
d’ethnies regroupées en quatre aires culturelles:
-Les Mandés constitués des ethnies: «Malinké», «Dan», «Gouro» sont implantés dans le
nord, le nord-ouest et l’ouest de la Côte d’Ivoire
-Les Akans composés des ethnies: «Baoulé», «Agni», «Abron», se trouvent au centre et à
l’est de la Côte d’Ivoire.
-Les Krous qui comprennent les groupes ethniques: «Bété», «Guéré», «Dida» habitent
l’ouest et le sud-ouest de la Côte d’Ivoire.
-Les Burkinabés composés des groupes ethniques: «Sénoufo», «Lobi», «Koulango»
occupent le nord et le nord-est de la Côte d’Ivoire.
Le malinké, langue parlée par les populations commerçantes du nord de la Côte
d’Ivoire, est le plus répandu. La Côte d’Ivoire possède un climat équatorial avec deux
saisons humides et deux saisons sèches d’inégale importance au sud et à l’ouest dans la
zone forestière. Dans les savanes du nord et du centre, évolue un climat tropical. Les
principales religions sont l’animisme, le christianisme et l’islam.
3
C. Situation économique et politique de la Côte d’Ivoire
Abidjan est la capitale économique de la Côte d’Ivoire et Yamoussoukro, la capitale
politique. Le régime politique est de type présidentiel c’est-à-dire que le président de la
république est élu au suffrage universel pour un mandat de cinq ans renouvelable une
seule fois. Depuis 1990, date de l’avènement du multipartisme dans ce pays, la Côte
d’Ivoire a un régime pluraliste où plus d’une trentaine de partis politiques luttent pour la
conquête et l’exercice du pouvoir politique. Ce petit pays de l’Afrique de l’ouest, jadis
havre de stabilité politique et modèle de croissance économique, a connu son premier
coup d’état militaire le 24 décembre 1999. Lequel coup d’état militaire a porté le général
Guéi Robert, chef de la junte militaire au pouvoir qui a été tué trois ans plus tard dans des
conditions non encore élucidées à la suite d’une insurrection militaire et civile. Depuis
cette date, la Côte d’Ivoire est confrontée à une instabilité politique et la partie nord du
pays est occupée depuis le 19 septembre 2002 par des rebelles qui affirment qu’ils ont
pris les armes pour lutter contre le concept d’ivoirité4 et chasser l’actuel président
Laurent Gbagbo, qui selon eux, serait un «dictateur».
Les principales ressources de la Côte d’Ivoire sont le cacao (premier producteur
mondial), le café (troisième producteur mondial), l’ananas, le sucre, l’huile de palme,
caoutchouc, le bois, le diamant, le pétrole. La Côte possède des parcs nationaux. Il s’agit
entre autre du parc national de la Comoé, du parc national de Taï, du parc national de la
Marahoué, du parc national de Kossou, du parc national du Banco, etc. Dans ces
différents parcs, on trouve toutes les espèces d’animaux à savoir des hippopotames, des
4
L’ivoirité est un concept inventé par l’ex-président ivoirien Henri Konan Bédié. Selon lui, ce mot signifie
la fierté d’appartenir à la nation ivoirienne. Mais le concept a été diversement interprété par la suite et les
populations du nord de la Côte d’Ivoire ont estimé que l’ivoirité visait à les exclure de la gestion du pouvoir
politique.
4
lions, des buffles, des éléphants, des antilopes, des singes, des hyènes, des panthères, des
mangoustes et différentes espèces d’oiseaux (…).
D. Exposition
Dans les pages ci-dessous, nous vous présentons trois cartes géographiques. La
première carte situe la Côte d’Ivoire sur la carte de l’Afrique, la seconde donne un aperçu
des différentes régions administratives de ce pays et la dernière carte géographique
présente les grandes villes de la Côte d’Ivoire. Le mythe de Maïé ou la guerre de Zékia se
trouve à l’ouest de la Côte d’Ivoire, plus précisément dans les villes suivantes: Bangolo,
Duékoué, Facobly et au sud-ouest dans la ville de Soubré. Ensuite, c’est un mythe qu’on
retrouve au centre-ouest dans des grandes villes comme Gagnoa, Issia, Lakota. C’est la
version du mythe de Maïé telle que véhiculée dans la région du centre-ouest dont
s’inspire Bohui Dali dans son poème Maïéto Pour Zékia. Pourquoi cette version du
mythe et pas une autre? De prime abord, il faut souligner que Bohui Dali est originaire de
Lakota, dans le centre-ouest de la Côte d’Ivoire. Un proverbe ivoirien dit qu’on «ne
désigne pas son village avec la main gauche». Ce qui signifie que tout homme est porté à
croire que sa culture est la meilleure et partant de ce fait, lui accorde un traitement de
faveur. Ceci expliquant cela, on peut dire que Bohui Dali a fait sien l’adage qui dit que
«la charité bien ordonnée commence par soi-même». Mais cela ne saurait être une raison
valable puisque les deux versions du mythe de Maïé choisies par Bohui Dali viennent de
la région de Soubré, dans le sud-ouest de la Côte d’Ivoire. Soubré et Lakota, même si ces
deux villes appartiennent à la même sphère géographique, diffèrent parce que le dida
(Lakota) et le bété (Soubré) sont deux ethnies proches, mais différentes. La raison, selon
nous qui a amené l’auteur à choisir ces deux versions du mythe est d’ordre scientifique
5
c’est-à-dire que les quelques recherches documentaires qui ont été faites par le Groupe de
Recherche sur la Littérature Orale (GRTO) indiquent que la version de Boté Zegbi dit
Jean-Marie du village de Yacolidaboo à Soubré et celle de Doudou Brôh sont les plus
complètes et les plus exhaustives sur le plan culturel du mythe de Maïé. La légende de la
reine Pokou qui a trait aux sacrifices humains prend son origine dans le centre,
notamment dans les villes suivantes: Bouaké, Yamoussoukro (…).
E. Cartes géographiques de l’Afrique et de la Côte d’Ivoire
Source: www.world-gazetteer.com
Légende: La Côte d’Ivoire est localisée par la couleur rouge sur cette carte de l’Afrique.
6
Source: www.world-gazetteer.com
Légende: un aperçu de la carte administrative de la Côte d’Ivoire.
7
Source : www.world-gazetter.com
Légende: les principales villes de la côte d’Ivoire sont indiquées par de petits cercles.
8
F. Avant-propos
Comment définir le mythe? Poser la question ainsi ne signifie pas la résoudre
immédiatement puisque la notion de mythe, depuis l’époque de Platon jusqu’à nos jours,
a toujours préoccupé les ethnologues, les sociologues, les psychologues, les philosophes,
les littéraires, les linguistes. Ceux-ci ont tenté à maintes reprises à l’élucider sans jamais y
parvenir totalement. Les analyses divergentes sur le mythe qui est perçu tantôt comme
une histoire fausse, tantôt comme une histoire vraie, montrent clairement que ce concept
se laisse difficilement enfermer dans une définition unique et universelle. C’est pourquoi,
dans le cadre de notre étude, nous avons décidé de comprendre les différents points de
vue sur le mythe afin d’en dégager une approche qui sied au thème de notre sujet. Mais
avant toute analyse en profondeur de notre sujet, il nous a semblé intéressant de situer la
réécriture des mythes, objet de notre présente réflexion, dans le cadre général du
mouvement de la littérature ivoirienne.
La première partie de notre introduction est donc consacrée à l’histoire générale de la
littérature ivoirienne. Cette étude nous a permis de comprendre son contexte de création
et son rapport avec le mouvement de la Négritude. Nous interrogerons à cet effet les
œuvres de certains pionniers du mouvement de la Négritude. Il s’agit du Cahier d’un
retour au pays natal5 d’Aimé Césaire, de Pigments6 de Léon-Gontran Damas, d’Afrique
debout7 de Bernard Binlin Dadié. Il faut ajouter à cette liste qui n’est pas exhaustive Les
damnés de la terre8 de Frantz Fanon.
5
Aimé Césaire: Cahier d’un retour au pays natal, Paris, Présence africaine, 1956.
6
Léon-Gontran Damas: Pigments, Paris, Présence africaine, 1972.
7
Bernard Dadié: Afrique débout! Paris, Seghers, 1950.
8
Frantz Fanon: Les damnés de la terre, Paris, Éditions La Découverte, 1984.
9
Dans la seconde partie de notre travail: «Naissance et histoire de la littérature
ivoirienne», nous montrons l’intérêt accordé par les écrivains ivoiriens aux mythes, aux
contes, en un mot aux valeurs traditionnelles de la Côte d’Ivoire et de l’Afrique.
Lesquelles valeurs étaient rangées dans les placards du passé pendant la colonisation
française qui visait l’assimilation des colonisés. En ce sens, Barthélémy Kotchy, dans son
ouvrage intitulé La critique sociale dans l’œuvre théâtrale de Bernard Dadié, apporte
l’éclairage suivant:
Le pouvoir colonial n’a jamais perdu de vue, un seul instant, l’importance de la
culture dans la société; de son rôle de l’éveil des consciences dans toute
collectivité opprimée. Aussi, pour continuer à dominer les indigènes afin de
mieux tirer profit des richesses de leur terre, fallait-il les dépersonnaliser par la
doctrine de l’assimilation. Deux opérations étaient donc nécessaires: il fallait
d’abord saper toutes les bases culturelles africaines; il s’agissait de nier les valeurs
de l’œuvre d’art ou de les détruire effectivement. Ce faisant, on voulait créer chez
eux un complexe d’infériorité. Cela permettrait de subordonner plus facilement le
nègre à la culture européenne par le biais de l’instruction. Il s’agissait de lui
donner une culture française, mais approximative.9
De nombreux ouvrages10 ont été consacrés aux mythes et traditions de la Côte
d’Ivoire à savoir Les soleils des indépendances d’Ahmadou Kourouma, L’enfant maudit
d’Amon d’Aby, Abraha Pokou de Zègoua Gbessi Nokan, connu sous le nom de plume de
Charles Nokan, Maïéto Pour Zékia de Joachim Bohui Dali, La guerre des femmes de
Bernard Zadi Zaourou, Assémien Déhylé de Bernard Binlin Dadié et La révolte d’Affiba
de Régina Yaou N’Douffou.
Les écrivains ivoiriens ne se sont pas limités uniquement qu’aux mythes de leur
pays. Ils ont également exploité des mythes de certains pays du monde pour les adapter
aux réalités socio-culturelles de leur terroir. On peut citer, entre autres, la légende du
9
Barthélémy Kotchy: La critique sociale dans l’œuvre théâtrale de Bernard Dadié, Paris, Éditions
l’Harmattan, 1984, p. 40.
10
Les écrivains ivoiriens dont nous avons choisi les œuvres sont ceux qui ont écrit sur les mythes et
traditions de la Côte d’Ivoire et également sur les problèmes touchant à la condition de la femme.
10
sultan Shariar et de Shéhérazade, une réécriture par Zadi Zaourou des Contes des mille et
une nuits (conte arabe); Une nouvelle terre qui est la réécriture par Werewere Liking du
mythe originel de l’installation des «Bassa» (ethnie) au Cameroun et Mamy Wata et le
Monstre, une réécriture du mythe de Mamy Wata que Véronique Tadjo a dédiée aux
enfants du monde entier.
La troisième partie de notre introduction montre le rôle des femmes intellectuelles de
Côte d’Ivoire dans le combat de libération des femmes africaines. Nous insisterons
particulièrement sur La révolte d’Affiba de Régina Yaou. Nous n’occulterons pas de
parler dans notre développement du rôle des écrivaines francophones dans le combat de
libération des femmes. Pour ce faire, nous étudierons Femmes d’Alger dans leur
appartement d’Assia Djebar, Une si longue lettre de Mariama Bâ et Femme noire, femme
nue de Calixthe Beyala.
La dernière partie de notre introduction qui a pour titre «L’écrivain, véritable
créateur du mythe» montre le rôle prépondérant du mouvement de la Négritude dans la
création de nouveaux mythes de libération. Le mythe étant enseignement et réflexion sur
la condition humaine, il peut naître, grandir et mourir en fonction des besoins des
peuples. L’écrivain est celui qui, par sa plume, assure la pérennité ou la destruction des
mythes puisqu’il a le pouvoir de les faire ou de les défaire en fonction du message qu’il
veut véhiculer.
Le premier chapitre de notre développement libellé «Définition du mythe», considère
le mythe comme un langage. Et comme tel, il est analysé du point de vue sémiologique.
Cette nouvelle définition du mythe, selon nous, a l’avantage d’insister sur le pouvoir
d’énonciation de la parole mythique et d’en rechercher le sens. En outre, cette partie de
11
notre étude intègre le point de vue ethnologique, sociologique et surréaliste dans la
compréhension et l’analyse de la notion de mythe.
Le deuxième chapitre de notre développement intitulé «Le mythe dans l’Afrique
d’aujourd’hui» situe le mythe dans un contexte géographique qui est celui de la Côte
d’Ivoire. En effet, les écrivains ivoiriens qui refusent de lire les anciens mythes de leur
pays avec des «lunettes» du passé ont décidé de les réinventer et de les réactualiser.
Suivant en cela Charles Baudelaire qui, dans Le peintre de la vie moderne11 s’était fait le
farouche défenseur du modernisme en optant pour la beauté du présent contre celle du
passé. Dans son ouvrage L’aventure ambiguë12, Cheikh Hamidou Kane demande
également aux Africains de moderniser leur culture en allant à l’école occidentale pour
apprendre «l’art de vaincre sans avoir raison». Il fait le constat dans son roman que la
civilisation occidentale a triomphé de celle des Noirs en dépit du fait que les premiers
étaient les agresseurs et les seconds, les agressés. Il en conclut que si l’Afrique a été
facilement vaincue, c’est parce que sa culture s’est montrée incapable d’affronter celle
des autres. «L’art de vaincre sans avoir raison» prônée par la «Grande Royale», figure de
proue du modernisme dans le roman l’Aventure ambiguë, doit être compris comme une
invitation à enrichir la culture africaine (coutumes et traditions de l’Afrique) en l’ouvrant
sur l’extérieur. Cette nouvelle façon de penser et de voir le monde est bien la signification
d’un changement qui est la modernité.
Dans la troisième et quatrième partie de notre développement, par une étude des
œuvres suivantes: Maïéto Pour Zékia de Bohui Dali, La guerre des femmes de Bernard
Zadi Zaourou, La révolte d’Affiba de Régina Yaou et Assémien Dehylé, roi du Sanwi de
11
Charles Baudelaire: Le peintre de la vie moderne, Paris, Les éditions du Chêne, 1945.
12
Cheikh Hamidou Kane: L’aventure ambiguë, préface de Vincent Monteuil, Paris, Julliard, 1961.
12
Bernard Dadié, nous avons décrit et analysé cette vision moderne des mythes. Pour ce
faire, nous avons montré comment les œuvres soumises à notre investigation contribuent
à lutter contre certaines vieilles idéologies à savoir le mythe de la supériorité de l’homme
sur la femme; les sacrifices humains en particulier celui des enfants; le régime de la
succession tel que perçu dans l’Afrique traditionnelle qui consacre l’incapacité de la
femme à hériter des biens matériels de son défunt époux.
Le cinquième chapitre de notre développement qui a trait à la réceptivité du mythe de
Maïé en Côte d’Ivoire donne un aperçu du vécu de ce mythe par les Ivoiriens. En d’autres
termes, quel impact a-t-il dans la vie sociale, économique et politique des Ivoiriens?
Nos recherches sur le terrain ont montré que les populations ivoiriennes sont plus
sensibles au théâtre qu’aux autres genres littéraires. Ce qui nous a amené à étudier son
importance et sa place dans les sociétés africaines en général et particulièrement en Côte
d’Ivoire.
13
INTRODUCTION GÉNÉRALE
I. HISTOIRE DE LA LITTÉRATURE IVOIRIENNE
A. Contexte de création
L’histoire de la littérature ivoirienne est inséparable du mouvement de la Négritude.
En effet, avant les indépendances africaines, on ne pouvait pas parler de littérature
nationale. L’écrivain africain, qu’il soit Sénégalais, Congolais, Antillais, ou Ivoirien se
voulait d’abord et avant tout le porte-parole de toute une communauté, une race qui
aspirait à la liberté et au bonheur. C’est parce que les problèmes des colonisés étaient
similaires que Césaire n’a pas hésité à faire cette déclaration dans Le cahier d’un retour
au pays natal: «Et si je ne sais que parler, c’est pour vous que je parlerai. Ma bouche sera
la bouche des malheurs qui n’ont point de bouche, ma voix, la liberté de ceux qui
s’affaissent a


Use: 0.0703